Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pythecos - Page 5

  • présidentielle-4

    Votre démonstration semble pertinente, à la condition, comme vous le soulignez, de prendre en compte une certaine continuité, le siècle nouveau puisant sa source dans une évolution sous-jacente du siècle précédent (les précurseurs) et se poursuivant le siècle suivant en s'affaiblissant de plus en plus avant de disparaître (les conservateurs). Avez-vous une explication qui justifierait ce rythme séculaire ?

    Lire la suite

  • PRESIDENTIELLE 3

                                    En 1415, en 1515, les Français étaient-ils conscients que s'ouvrait devant eux une ère npythecos-14.jpgouvelle ?

    Probablement pas, pas plus qu'ils en seraient conscients en 1610, 1715, 1815,1918.

    Lire la suite

  • Présidentielles (II)

    pythecos-11.jpg

          

                Vous avez évoqué 1415 Azincourt, comme étant un tournant sociétal de l'évolution de le France, je suppose que vous allez évoquer 1515, Marignan !

    Certainement pas ! Encore un mythe ! Et quand nous allons évoquer les mythes de Vercingétorix à de Gaulle... la relation risque d'être longue ! Cette date, magnifiée par l'historien Lavisse, dans les manuels scolaires, pour galvaniser l'amour de la patrie après la défaite cuisante de la guerre de 70, n'a pas lieu d'inspirer notre admiration. Marignan, une victoire certes, mais plus de 16 000 cadavres sur le terrain... une boucherie ! Et victoire éphémère puisqu'elle fut suivie de Pavie, une défaite tout aussi retentissante puisque le roi de France, François 1er, y fut fait prisonnier. Non 1515, c'est le 1er janvier, la mort du roi Louis XII et l'avènement de François 1er, sacré roi le 25 à Reims.

    Lire la suite

  • 23 avril 2017

               pythecos-11.jpg               Une date qui demeurera dans l'Histoire comme 1415, 1515, 1610, 1715, 1815, 1914-1918. L'élection présidentielle marque la fin d'une époque et le début d'une ère nouvelle. Fruit d'un coup d'état institutionnel, les médias ont porté  à la Présidence de la République un adulescent, brillant certes et sympathique, mais qui n'a exercé - comme le veut la coutume républicaine - aucun mandat électif. Cette révolution s'apparente à un coup d'Etat consulaire, comme celui de Bonaparte et celui de son très "républicain" neveu ! Espérons que les risques de désordres soient vains et ne nous conduisent à un régime autoritaire, pour ne pas dire plus.

    Lire la suite

  • NICE - St Etienne du ROUVRAY

    pythecos-12.jpgAprès une longue interruption pour des raisons médicales, je ne pensais pas devoir revenir sur le terrorisme islamique.
    Hélas, l'actualité nous impose un devoir de témoignage et de clarification: les Français semblent découvrir le terrorisme, alors que celui-ci est né en Algérie et n'a depuis jamais cessé.

    Lire la suite